Test du Philips 55OLED804 - l’un des OLED les plus intéressants du moment - Android

Test du Philips 55OLED804 - l’un des OLED les plus intéressants du moment - Android

Pour ce téléviseur édition 2019, le constructeur Philips promet une expérience cinéma de haute volée, assurée par un processeur P5 très performant, un système audio de qualité et un jeu de lumière Ambilight prêt à nous plonger dans l’ambiance de nos programmes. Et ce 55OLED804 nous a clairement conquis, on vous explique pourquoi dans notre test Lire la suite

Pour ce téléviseur édition 2019, le constructeur Philips promet une expérience cinéma de haute volée, assurée par un processeur P5 très performant, un système audio de qualité et un jeu de lumière Ambilight prêt à nous plonger dans l’ambiance de nos programmes. Et ce 55OLED804 nous a clairement conquis, on vous explique pourquoi dans notre test complet.

Le Philips 55OLED804

Philips 55OLED804, voilà un autre téléviseur qui embarque la dernière génération de dalle OLED de chez LG. Après l’excellent Panasonic GZ1500 que nous avons testé récemment dans sa version 55 pouces, il est désormais temps de voir quelle touche spéciale le constructeur Philips est en mesure de proposer. L’argument principal mis en avant par le constructeur concerne le processeur maison, le fameux P5, ici décliné dans sa troisième version. Une nouvelle puce, déjà encensée par la critique dans sa V2, qui serait encore meilleure dans ses différentes couches de traitement de l’image. L’upscalling d’une source Full HD vers de l’Ultra Haute définition, par exemple, serait encore meilleure. L’arrivée de la nouvelle version 9 d’Android TV et le système d’éclairage Ambilight seraient les autres atouts de la bête, tout comme son multi supports du HDR10+, HLG et Dolby Vision. Voyons cela de plus près.

Fiche technique

Tailles d’écran disponibles : 55 ou 65 pouces (140 ou 165 cm)
Type d’écran : OLED
Définition : 4K UHD (3840 x 2160 pixels)
Logiciel : Android TV (9.0)
HDR : Oui (HDR10+, HLG, DolbyVision)
Connectiques : 4xHDMI (4K, 60 Hz, HDR), 2xUSB, Ethernet RJ45, sortie optique, sortie casque, entrée audio G/D
WiFi : 5 GHz (802.11ac)
Bluetooth : 4.2
Haut-parleur : 2 x 10W et Subwoofer 30 W (Dolby Atmos)
Tuner : 2 numériques, 1 analogique, 2 satellites (DVB-T/T2, DVB-C, DVB-S/S2)
Consommation annuelle : 215 kWh (55″) ou 276 kWh (65″)
Dimensions : 1228 x 720 x 230 mm (55″) // 1448 x 843 x 280 mm (65″)
Poids : 22,5 kg (55″) ou 28,5 kg (65″)

Ce test a été réalisé avec un téléviseur prêté par Philips.

Le test en vidéo



Lien YouTube

Des dalles OLED difficiles à prendre en défaut

Cette série OLED 804 est déclinée en version 55 (1790 euros) et 65 pouces (2790 euros) et c’est le premier modèle que nous avons reçu en test. Mais dans les deux cas, ces téléviseurs sont équipés d’une dalle Ultra HD 10 bits 100 Hz et d’un processeur de traitement d’image Philips P5 de 3e génération. Nous reviendrons plus après sur les prestations de ce dernier. Avant cela, place à quelques résultats de mesures réalisées en SDR et HDR à l’aide du logiciel Calman.

Compte tenu de l’origine de la dalle (LG Display, qu’on trouve sur de nombreux téléviseurs) et des compétences de Philips dans le monde de la télé, c’est sans surprise que l’on constate que les mesures en mode film sont très bonnes. À commencer par la fidélité des couleurs avec une source SDR et avec le téléviseur réglé en mode film.

Les mesures montrent un Delta E 2000 de 1,4 ce qui est une excellente valeur. Comme nous l’indiquons dans chacun de nos tests, si cette mesure est inférieure à 3, alors l’œil n’est plus en mesure de faire la différence sur cette fidélité des couleurs. Mais notre sonde oui.

Ce qui nous permet de dire que le 55OLED804 n’est pas aussi parfait que le modèle Panasonic, mais il reste néanmoins parfait pour l’œil humain.

Bonne nouvelle aussi pour toutes vos sources SDR, la reproduction des couleurs sera parfaite et totale. Comme notre sonde l’atteste, la couverture de l’espace colorimétrique REC 709 est de 99,1 %. C’est tout simplement parfait et fidèle à la promesse du constructeur !

Malgré quelques petites irrégularités relevées par la sonde, la courbe Gamma accuse un excellent résultat sur la totalité de la mesure avec une valeur de 2,2, soit là encore un score parfait.

Nos différentes mesures montrent également que l’image de ce 55 pouces est un rien trop chaude, essentiellement due à la dominance du rouge sur l’ensemble du spectre mesuré, mais aussi sur la mesure du blanc. Les deux mesures effectuées, l’une à 30% et l’autre à 100%, la répartition des couleurs primaires montrent bien que le rouge domine fortement en mode « film ». En revanche, comme son rival de chez Panasonic, ce 55 pouces OLED offre un haut pic de luminosité que nous avons mesuré à plus de 700 cd/m² avec une fenêtre de blanc à 10%, puis s’établit à 136 cd/m² lorsqu’une image blanche occupe l’intégralité de la dalle.

Toujours en mode cinéma, mais cette fois-ci avec une source DCI-P3, le résultat est tout aussi bon. Le Delta E 2000 mesuré est désormais de 2.9 ce qui reste sous la note de 3. Attention toutefois, là encore le Panasonic 55GZ1500 ou le LG OLED55E9 font légèrement mieux et même s’il n’est pas garanti que votre œil fasse la différence, précisons tout de même que quelques couleurs restent sont au-dessus de 3.

Le Philips 55OLED804 est en revanche en retrait sur sa capacité à restituer l’intégralité de l’espace colorimétrique DCI-P3 et Rec 2020. Respectivement, nous avons mesuré 82 % et 60 % et nous n’avons pas réussi à obtenir, y compris en utilisant les autres modes du téléviseur. On trouve en effet en plus des modes « personnel, vif et naturel » des modes « ISF jour » et « ISF nuit », mais qui ne nous aurons pas fait mieux. Nul doute en revanche qu’après calibration, la dalle de ce Philips 55OLED804 pourra faire mieux.

Une superbe expérience vidéo…

Voilà pour la partie purement technique de notre test qui, précisons-le tout de même, n’intervient que quelques jours après le début de nos tests. Afin de ne pas nous laisser influencer par ces mesures qu’on sait désormais excellentes sur les TV OLED de dernières générations.

Alors oui, quelque soit le programme qu’on regarde avec cet OLED, on se prendre une véritable claque. L’image est contrastée, lumineuse, magnifique et bien d’autres superlatifs encore. Nos contenus de référence ne provoquent chez nous aucune réelle critique : c’est clair, Philips sait lui aussi tirer pleinement parti de la dalle LG Display, ici pilotée par son excellent processeur P5 de troisième génération. Le fait que la dalle gère aussi bien les contenus HDR10+ que Dolby Vision est un avantage indiscutable. Ici pas de jaloux et certaines scènes de la série « Another Life » disponible (entre autres) sur Netflix en Dobly Vision sont carrément bluffantes de piqué, de détail et de dynamisme.

Évidemment, nous ne sommes pas à l’abri de distinguer les pixels et autres bruits numériques ou saccades lorsqu’on regarde une vieille série sur Netflix, mais ce contenu SD porté sur une dalle 4K reste est tout à fait satisfaisant.

Alors forcément, lorsqu’on alimente ce téléviseur de Blu-Ray 4K, le résultat est excellent. Le moteur de traitement de l’image est efficace et, même si nous ne sommes pas fans de ces options, Philips propose de nombreuses options pour booster la résolution (Ultra résolution), les couleurs (amélioration des couleurs, etc.) ou encore améliorer la fluidité de l’image (Perfect Natural Motion et autre compensation de mouvement). Les options de réduction du bruit et réduction d’artefact MPEG sont aussi proposées pour tenter de lisser les défauts de l’image, mais il ne faut pas en attendre des miracles non plus.

Signalons que nous avons mesuré un temps de latence à l’affichage de 33 ms, ce qui est vraiment beaucoup pour un mode « jeu » d’un téléviseur de 2019. Les meilleurs du genre ont désormais un input lag de 15 ms environ ce qui les rend plus adaptés à un gaming, même si nous n’avons pas franchement été gênés à l’occasion de nos tests sur ce téléviseur. À noter toutefois que nos mesures tendent à montrer que la calibration du mode jeu est plutôt saturée. Les couleurs sont moins fidèles au profit d’une image un peu plus dynamique.

… mais aussi son et lumière

Désormais, lorsqu’on teste un téléviseur OLED plutôt prémium, compte tenu de la bonne qualité de l’image, il faut alors chercher dans les détails ce qui fait la différence. Et chez Philips, les détails n’en sont pas, puisqu’il s’agit de la technologie Ambilight. Ce fameux système de LED placées sur les trois côtés de l’appareil (en haut, à gauche et à droite) et qui contribue sérieusement à créer une expérience originale et très réussie.

D’ailleurs Philips nous le rappelle régulièrement : « cette technologie fait partie des critères d’achats de nos clients. Ceux qui ont utilisé l’Ambilight en sont fans ». Et on comprend pourquoi. D’abord parce que cette techno peut être désactivée lorsque l’ambiance du film ne s’y prête pas où que l’effet indispose certains spectateurs. Mais lorsque la fonction est activée, c’est un véritable festival.

Pour tenter de produire le meilleur effet possible, on trouve dans les réglages Ambilight plusieurs options d’éclairage telles que « suivre vidéo, suivre audio, suivre couleur, suivre le drapeau ou encore suivre application ». Chaque option donne ensuite accès à un sous-menu avec plusieurs réglages. Par exemple, sous l’option « suivre vidéo » on trouve « standard, naturel, football, vif, jeu, confort et détente ». Nous serions tentés de dire qu’il y en a pour tous les goûts et que le résultat nous a vraiment convaincus.
Il est même possible de personnaliser l’éclairage en fonction d’un drapeau de pays. Le résultat fonctionne très bien avec les couleurs de la bannière française. De quoi mettre encore plus d’ambiance pendant un match de foot ?

Et l’Ambilight n’assure pas seulement lorsqu’il est question de regarder un film ou une série. Cela fonctionne aussi très bien dans les jeux vidéo.

Et pourquoi pas dans les programmes audios tels que les concerts. En effet, Philips propose aussi des réglages Ambilight audio. Sous l’option « suivre audio » on trouve les réglages « Lumina, Colora, Rétro, spectre, scanner, rythme ou encore fête » qui, là aussi, mettent plus ou moins d’ambiance dans le salon.

Pour économiser de l’énergie, il est possible de désactiver la dalle. Ainsi, d’une consommation que nous avons mesurée entre 150 et 220 watts en fonction des modes (film, jeu, etc.) et options (avec ou sans ambilight) utilisés, il est possible de descendre à environ 28 watts lorsque seules les enceintes et la techno Ambilight sont utilisées pour écouter de la musique par exemple. Oui, vous avez bien lu, il n’est pas ridicule d’utiliser ce téléviseur de la sorte tant ses enceintes sont loin d’être ridicules.

Un système audio polyvalent

Sur cet OLED de la série 804, Philips n’a pas intégré de système audio Bowers & Wilkins aussi évolué que sur les séries 934 et 984 présentées à l’IFA en septembre dernier https://www.frandroid.com/events/ifa/621984_tendances-multimedia-ifa-2019-tv-8k-qled . Pour autant, les deux voies 10 watts et le caisson de basses de 30 watts présent à l’arrière de l’écran procurent un son bien au-dessus de la moyenne.

09/11/2019 01:00 PM