Vie privée - Google encore dans la ligne de mire de l’Union Européenne - Android

Vie privée - Google encore dans la ligne de mire de l’Union Européenne - Android

Les organismes de régulation de l’Union européenne gardent un œil sur Google et sa façon de récolter des données. Nouvelle amende en vue ? Crédit image : Simon / Pixabay La Commission européenne ne porte pas Google dans son cœur (ni les GAFAM en général d’ailleurs). Répétant les amendes envers le géant de la recherche, Lire la suite

Les organismes de régulation de l’Union européenne gardent un œil sur Google et sa façon de récolter des données. Nouvelle amende en vue ?

Crédit image : Simon / Pixabay

La Commission européenne ne porte pas Google dans son cœur (ni les GAFAM en général d’ailleurs). Répétant les amendes envers le géant de la recherche, les organismes de régulation de l’Union européenne se penchent à nouveau, selon Reuters, sur la façon dont la firme de Mountain View récolte les données de ses utilisateurs.

Google dans le viseur

Reuters affirme avoir consulté un document envoyé par la Commission européenne dans le cadre d’une enquête préliminaire en cours sur les pratiques de Google en matière de collecte et d’utilisation de données. Les points particulièrement observés concernent les « données liées aux services de recherche locaux, à la publicité en ligne, aux services de ciblage d’annonces en ligne, aux services de connexion, aux navigateurs Web et autres ». Pour le moment, il ne s’agit que d’une enquête préliminaire et rien n’a encore été concrètement reproché à Google.

De son côté, Google se défend en indiquant que « les données sont utilisées pour améliorer ses services » et que « les utilisateurs peuvent gérer, supprimer et transférer leurs données à tout moment ».

Un festival d’amendes

Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la concurrence a condamné Google à plus de 8 milliards d’euros au cours des deux dernières années, sommant le géant du web de modifier ses pratiques commerciales. 4,34 milliards d’amende ont été infligées en une seule fois en 2018 lorsque Google a été accusé de profiter de sa position dominante sur Android pour imposer ses services. Une goutte d’eau néanmoins par rapport aux revenus colossaux d’Alphabet — la maison-mère de Google. D’autres points sont également examinés de près, tels qu’AdSense, ou plus récemment Google Shopping.

Selon Trump, cette récurrence des amendes serait liée au fait que « Margrethe Vestager déteste les États-Unis ». Car oui, Google n’est pas la seule cible, Apple et Amazon ayant déjà fait l’objet d’amendes également.

Reuters

02/12/2019 12:30 PM